[#JesuisorgaRagna] Que ma joie demeure

#JeSuisOrgaEtCEstMaJoie

#JeSersLeGNEtCEstMaJoie

Ces hashtags se multiplient sur les réseaux sociaux dans notre petite communauté du GN. Souvent, Ils sont accompagnés d’une micro tranche de vie des organisateurs. Parfois drôle et parfois moins, comme ce fut récemment le cas pour les organisateurs de Ragnarok.

 L’organisation Ragnarok a récemment annoncé ses tranches tarifaires. Celles-ci se calques sur d’autres modèles mis en place dans d’autres mass-larp (comme Conquest en Allemagne) et évoluent sur base du nombre de places vendues plutôt que sur des dates fixes.

Suite à cette annonce, plusieurs centaines de messages ont été publiés sur le mur de l’organisation. Ceux-ci étaient parfois/souvent assez virulents. En vrac :

« Moi je suis curieux, il paraît qu’ il y a un avantage à ce système de merde. À part en faire le GN le plus cher de Belgique. »

« Si vous trouvez 800 personnes pour payer ce prix-là, vous auriez tord de ne pas le faire. Il parait que certains ont même élus Trump président des USA … « 

« Crevardland »

Cela fait aujourd’hui 10 ans que je fais du GN et j’ai eu la chance, à de nombreuses reprises, de participer à l’organisation de jeux ou événements liés aux jeux. Je l’ai fait pour de nombreuses raisons, souvent différentes en fonction des organisations : envie de créer, de faire découvrir, de faire perdurer une activité existante, de partager, … Le point commun entre toutes ces envies est que j’ai voulu donner « un peu » de mon temps pour que d’autres vivent une belle expérience. Somme toute, je pense que vous pourrez en convenir, tout cela est toujours parti d’une bonne intention. Tout au long de ces années, une chose a toujours heurté ma sensibilité : la remise en question de mes intentions.

Vous avez bien lu ! Ne faites pas les étonnés, vous savez très bien de quoi je veux parler. Vous avez tous déjà lu ce genre de commentaires : « Vos nouvelles règles ont été conçues pour casser mon jeu », « Vous ne respectez pas vos joueurs » et le sacro-saint : « Tout cela c’est pour une question de pognon ». Ces derniers étant évidemment formulés sans aucune forme de préambule.

Faisons un petit jeu de rôles (essayez, c’est du nordique) :

Background : vous êtes organisateurs de GN. Vous venez de présenter à votre communauté le résultat de votre travail. Vous avez déjà plusieurs dizaines/centaines d’heures d’investissement bénévole derrière vous.

Situation : vous recevez ces commentaires en pleine poire sans aucune forme de nuance, de mise en forme ou en contexte.

Time in ! Comment réagissez-vous ?

Time out ! Débriefons. C’est difficile hein ? Vous vous demandez certainement pourquoi et pour qui vous vous êtes embarqué dans cette histoire ? Et pourtant, dans 85 % des cas (attention, spoiler alert) vous allez continuer votre projet et le mener à bon port. Parce que vous avez cet engagement moral que vous ne voulez pas trahir. Signerez-vous à nouveau pour une nouvelle édition ? Ceci est une autre histoire.

On parle souvent des attentes vis-à-vis de l’organisateur. Il doit respecter sa note d’intention et être réactif aux demandes de sa communauté (non, non. Ce n’est pas contradictoire). Il doit assurer une communication claire et rapide. Il doit faire en sorte que les joueurs en aient pour leur argent …

Mais qu’en est-il des attentes vis-à-vis des participants ?

Égoïstement, je vais vous dire ce que moi, orga, j’attends de vous, joueurs. J’aimerais que vous soyez des critiques bienveillants, des déçus compréhensifs et des joueurs positifs. J’aimerais que vous m’accordiez votre écoute, votre empathie et surtout le droit à l’erreur. J’aimerais que vous soyez aussi prompts dans vos reproches que dans vos félicitations. J’aimerais que la qualité de ma production finale et mes choix de game design ne viennent occulter mon investissement. Un mauvais jeu prend parfois autant de temps à organiser qu’un bon jeu.

Je suis orga et c’est ma joie. Il ne tient qu’à vous, joueurs, de faire en sorte que ma joie demeure.

Crédit photo : Fabrice Wauthy

1 réflexion au sujet de “[#JesuisorgaRagna] Que ma joie demeure

Laisser un commentaire